Délicieux sucre de palme en Birmanie

La route est droite, en pas trop mauvais état. Après les 20h passées dans le train de nuit cahotique entre Yangon et  Bagan, tout trajet nous semble être « business class ».

Nous sommes au centre de la  Birmanie, pardon, depuis 2010, en République de l’Union du Myanmar. Nous devrions atteindre Mandalay dans 6 heures si nous sommes chanceux, peut-être 10h si nous le sommes moins, pour parcourir environ 200 km.

Mon regard est attiré par de courtes échelles accrochées en haut de certains palmiers tout au long de la route.

echellepalmier

Puis, je commence à voir des zébus, genres de boeufs à bosse, qui tournent en rond, derrières eux souvent un enfant de 8/ 10 ans est posé sur une petite plate-forme tractée par l’animal.

zebu

enfant

« Can you stop please? » je demande à notre chauffeur.

On s’approche. Il s’agit de fabriques à sucre de palme. Le travail, comme partout au Myanmar est extrêmement artisanal. Rien n’est motorisé, les constructions sont en bois. Ici tout se fait en famille.

dame

On nous explique très gentiment comment est faite la production. Ils sont auto-suffisants, c’est à dire qu’ils produisent tous les produits qu’ils utilisent et utilisent tout ce qui est utilisable dans chaque produit.

Je commence par découvrir les cacahuètes, cultivées dans le champs, puis torréfiées sur place dans des fours en terre qui fonctionnent au bois. Vous le saviez que les cacahuètes étaient des racines? Je ne m’étais jamais posée la question! Les cacahuètes en Birmanie ont la particularité d’être toutes petites et très croquantes. Elles sont délicieuses.

cacahuetes

Puis on nous montre comment est récolté le sucre de palmier. On a remarqué que souvent ce sont les femmes qui exécutent les travaux dits difficiles pour nous comme porter du poids, faire les routes, casser des pierres… Là il s’agit de monter en haut des palmiers qui atteignent jusqu’à 35 mts. Une fois en haut, il faut pratiquer à la machette des incisions sur une sorte d’épis (spadices), puis à fixer des pots en terre pour recueillir la sève qui s’en écoule.

palmierhomme

pots

Cette sève est sucrée. Elle est consommée fraîche, mais elle est aussi mise à fermenter, pour produire du vin de palme puis après distillation du vin, de l’alcool.

alcoolderiz

Ce jus de palme est également cuit de longues heure pour être transformé en une pâte  qui une fois refroidie, donne un pain de sucre non raffiné. Cette pâte est également mélangée à du coco, ou des cacahuètes on encore des graines de sésames pour faire de délicieux petits bonbons. Sont aussi confectionnés des bonbons sous forme de petits palets fins et friables appelés bonbons au tamarin qui sont du tamarin mélangé au sucre de palme. On en achètera souvent pour les offrir pendant notre voyage au Myanmar.

Sur mon blog de voyage http://www.365-days-in-paradise.com vous pouvez découvrir des photos et des vidéos de mon voyage de un an en Asie. J’espère bientôt pouvoir publier ma vidéo sur Mandalay (mon logiciel de montage bug comme un fou en ce moment). Vous pourrez y découvrir la récolte et les différentes productions à base de sucre de palme et plein d’autres jolies images sur  la route de Mandalay et sur la région.

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

2 réflexions au sujet de « Délicieux sucre de palme en Birmanie »

Laisser un commentaire